Histoire de la conversion d’un utilisateur débutant

Je pense que tu en as largement entendu parler, de la mort de Windows XP, et j’imagine que cela n’a pas effrayé la plupart des lecteurs de ce blog, rares étant les passionnés d’informatiques faisant tourner sur leurs propres machines un système d’exploitation de plus de 10 ans.

Mais voilà, beaucoup de particuliers, entreprises, et il paraît même quelques futilités comme des distributeurs de billets, sont encore équipés de ce système du début du XXIème siècle (ouais, de 2001, mais ça paraît vachement plus vieux en l’écrivant comme ça).

Exemple vécu récemment par ton serviteur il y a quelques semaines, avec un appel de mon père (que j’embrasse au passage si par hasard il passe par ici), calme mais inquiet après qu’un message rouge clignotant soit apparu au bas de son écran d’ordinateur, lui indiquant qu’il était urgent qu’il lâche sur le champ un billet de plus de 100€ à Microsoft pour mettre à jour son OS, sous peine de voir ses données effacées, son PC explosé, ses services en lignes supprimés et des millions de chatons à travers le monde torturés à coups de CD d’installation de Windows Millenium Edition.

Bien, pas de panique de mon côté, j’avais déjà pensé à cette éventualité et puis je connais assez bien la machine puisque c’est moi qui l’ai monté (et j’en suis fier)

Il m’aurait alors suffit de lui conseiller ce que 99.99 % des revendeurs de matériel informatique auraient fait : mettre à jour vers Windows 8, et le tour était joué.

Sauf que…

Pourquoi payer pour un OS dont on exploite 1% des fonctionnalités ?

Examinons un peu les besoins de mes parents en terme d’informatique :

– un OS simple. Je veux plutôt dire : pas trop différent de ce qu’ils connaissent déjà. Il faudra donc un temps d’adaptation en cas de passage à Windows 8. Rien d’insurmontable à mon avis, les grincheux qui pestent à cause du menu démarrer en plein écran oublient de dire que 95% du reste de l’interface est très similaire aux anciennes versions. Mais en revanche pas d’objection non plus à passer vers un système différent (mais pas trop).

– un OS qui tourne sans sourciller sur un PC de quelques années, fait de composants de qualité mais pas conçu pour faire tourner une machine de guerre.

– un OS stable et sans trop de bug, qui ne tombe pas en rade tous les 4 matins (bah oui, devine qui s’occupera de réparer les problèmes ?)

– un OS pour surfer sur le web, écouter de la musique, de temps en temps regarder des vidéos, transférer des photos et des vidéos depuis leur APN et leur caméscope, mettre à jour les cartes du GPS, et de temps en temps rédiger des documents à l’aide d’un traitement de texte. Pas de jeu, pas d’applications complexes disponibles uniquement sous Windows 7 Edition Familiale Premium Double Lutz Piqué.

Sachant pour compléter que la question du prix n’était pas un frein pour eux, mais finalement plus pour moi d’imaginer leur faire dépenser plus d’une centaine d’euros sans doute inutilement.

Car oui, à la vue de ce cahier des charges, quel raison pour acheter une nouvelle version de Windows ? Essayons d’imaginer le tableau sous un autre angle :

Installer Linux chez un utilisateur lambda ?

Quels pourraient être les éléments vraiment freinants ?

– du matériel non pris en charge ? Peu de chance, mais il faudra sans doute choisir une distribution pas trop exotique, j’y reviens plus loin.

– de futurs logiciels merdiques pas installables hors Windows ? Très peu probable, et au pire je prévois de leur installer une virtual box.

– des soucis pour maintenir eux-mêmes leur système ? Attend voir : plus de défragmentation, plus de scan d’antivirus… soit l’essentiel de la maintenance qu’ils faisaient tout seul. Pour le reste, c’était moi qui m’en occupait, ou mes frères et soeurs. Pour le coup je me retrouve un peu seul, mais j’y vois aussi une bonne occasion de faire mettre les mains dans le cambouis à toute la famille (gnark gnark).

– what else ? Je ne vois pas (et j’ai subitement envie d’aller me chercher un café).

Alors c’est décidé, je vais installer Linux chez mes parents ! Moment de jouissance où commencent à danser autour de moi des farandoles de manchots délurés.

Mais allons, redescendons sur terre, il y a encore du boulot.

Arrive alors la question existentielle du choix de la distribution

Bordel, c’est déjà pas simple de choisir pour soi, mais alors pour quelqu’un d’autre…

Quoi que attend, si je reprends le cahier des charges précédent : il me faut une distribution plutôt légère, stable, une interface pas trop perturbante, et surtout, SURTOUT… que je sois capable de bidouiller moi-même sans difficulté !

Car oui, c’est le pragmatisme qui doit l’emporter dans cette situation.

Alors j’ai un peu cherché mais je suis finalement arrivé à une seule solution correspondant à la fois aux besoins des futurs utilisateurs et à mes propres compétences : xubuntu (bien aidé par mes lectures quotidiennes)

Je connais un peu le monde *ubuntu, ayant débuté par là lors de mon arrivée sur Linux, même si je suis passé sur autre chose depuis.

Et cette version xfce est réputée pour être légère et peu gourmande en ressource, avec une interface vraiment simple et très personnalisable.

Tu l’auras compris, si dans ce cas de figure les besoins de l’utilisateur orientent déjà vers quelques distributions (j’avais aussi pensé à la stabilité d’une Debian, l’accessibilité d’une Handy Linux…), c’est au final les compétences de la personne en charge de la maintenance qui doivent permettre de trancher.

L’installation comme sur des roulettes

Les étapes dans l’ordre :

– téléchargement et installation sur clé USB de la Xubuntu 14.04 LTS,
– sauvegarde de toutes les données du PC sur un disque externe, sans oublier de noter les favoris du navigateur, les quelques raccourcis sur le bureau, et l’emplacement de leurs dossiers préférés,
– installation de la bébête, je te passerais le détail, mais pas de soucis majeur jusque là,
– installation (et tests !) de l’imprimante, de la webcam,
– vérification des logiciels …

(…)

Mais sinon… ça marche !

Les premiers retours sont positifs, la machine fonctionne sans problème hormis les bugs mineurs évoqués plus haut, mes parents arrivent à faire ce qu’ils faisaient avant sans difficulté, c’est bien le principal.

Suite de l’aventure après un temps d’utilisation plus long, et lorsque j’aurais réglé les derniers points en cours.

Mais s’il y a bien une chose à retenir pour le moment : ce n’est pas hors de portée, à condition de faire preuve de pragmatisme surtout pour le choix de la distribution et les différentes solutions techniques retenues, et d’être présent pour aider les néo-linuxiens. C’est indispensable, on ne lâche pas un utilisateur comme ça dans la nature avec un nouveau système. Mais j’aurais fait la même remarque si j’avais installé Windows 8 !

Tu auras compris que je n’ai pas le discours du barbu pur et dur qui veut imposer Linux en toute circonstance. Mais la question mérite d’être posée très sérieusement dans une situation comme celle là.

(Fin du Chapitre I)

>>> Source & suite & plus d’infos sur : http://coreight.com/content/conversion-windows-xp-linux

Publicités