De Windows XP à Linux

Vous n’êtes pas sans le savoir, l’arrêt du support de Windows XP agite la toile et ce pour une simple raison : la sécurité des machines. On a vu dernièrement des hacks de distributeurs bancaires au SMS, ces fameux distributeurs qui sont encore sous XP au point que les banques anglaises offrent une rallonge directement à Microsoft pour prolonger la durée de vie d’un système d’exploitation utilisé par un quart des utilisateurs. La question au niveau des particuliers, c’est de se demander si l’utilisateur lambda est en danger, on annonce que les pirates se frottent les mains et que pour ainsi dire toute machine connectée ayant Windows XP est contaminée. Je n’ai pas la certitude de nombreux sites qui crient au loup, j’aurai tendance à dire qu’avec un navigateur moderne, quelques logiciels qui vont bien, si on a un comportement « normal » on ne risque pas grand chose, l’avenir nous le dira certainement très rapidement.

Pour le Linuxien l’occasion qui fait le larron.

Sans réellement se poser de questions quant à la sécurité de Windows XP qui ne nous intéresse pas, les différentes communautés Linux voient ici l’opportunité de faire basculer un grand nombre d’individus sous Linux. On peut en effet supposer que dans les foyers qui ne sont pas informés et je pense qu’ils sont nombreux, s’ils sont quelques uns à avoir fait le choix délibéré de rester sous XP, on peut imaginer que la grande majorité des utilisateurs de XP ont de faibles connaissances et de faibles besoins, ça va être la grosse panique dans les chaumières quand il va y avoir des messages de toute part qui vont s’afficher. Jouer avec la peur des autres, l’un des meilleurs moyens commerciaux pour vendre ou pour faire passer une info, pourquoi pas nous. Il est bien plus simple de convaincre un utilisateur de basculer vers Linux quand son PC l’agresse que lorsque tout va bien.

Peu / pas de débutants arriveront à installer Linux seuls.

Je vous invite à lire le billet d’Alda Le support de Windows XP est fini, passer à GNU/Linux réclame un accompagnement avec qui je partage une partie de l’opinion, qui consiste à écrire que les gens auront besoin d’aide et qu’il faut les accompagner, celle avec laquelle je ne suis pas d’accord c’est de généraliser le fait que les Linuxiens n’accompagneraient pas les gens qu’ils ont fait migrer. J’ai pour ma part aidé toutes les personnes que j’ai fait migrer sous Linux et j’ai tendance à penser que le bon sens c’est de ne pas pousser quelqu’un à l’eau et lui dire de nager quand il ne sait pas. Je veux croire que la majorité des Linuxiens sont des gens sympas, convaincus, qui ont envie d’aider les autres. Vous l’aurez compris d’ailleurs, ce billet ne s’adresse pas aux débutants, il s’adresse à vous, lecteurs qui arrivez à me suivre à mi-chemin entre l’expertise et la vulgarisation. Un site un peu connu m’a proposé d’écrire un billet sur la migration, j’ai remercié, en expliquant que la tâche était trop gigantesque, les briques sont trop nombreuses. Faire migrer, c’est maîtriser le bios, les isos, le partitionnement, le fameux PAE, rien que sur ces critères on aura perdu 95% de la population normale, seuls ceux qui savent pourront faire migrer les gens et assurer le service après vente, évidemment.

noob

Les étapes d’une saine migration

  • La migration doit être une demande du migré potentiel. Au moment où j’écris ces mots une élève vient de me dire que son PC était planté, j’ai dit que je n’intervenais plus sur les PC Windows mais que je le migrerai avec plaisir sous Linux si elle le demande.
  • Si le migré est d’accord, il faut d’abord étudier la faisabilité, et pour se faire avoir l’équipement nécessaire. Sur des PC qui sont parfois très anciens, il est impossible de booter sur la clé USB, parallèlement à cela il n’y a qu’un lecteur de CD et l’iso dépasse les 700 megas, il faut donc du matériel supplémentaire pour installer. Il faut enfin connaître les caractéristiques de la machine afin de déterminer la distribution Linux la mieux adaptée. La facilité c’est d’installer Xubuntu de partout, reconnaissance des pilotes, richesse des paquets, possibilité de compléter par des PPA, attention tout de même, les dernières versions de Xubuntu n’embarquent plus de noyau non PAE si bien que sur le long terme c’est mort. J’ajouterai de plus qu’avec la fermeture du service one de Canonical, les échecs successifs de la firme à s’implanter dans le monde du hardware, j’aurai peur de me retrouver dans une situation similaire à celle de Windows XP. Comme le souligne Alda, il n’est pas judicieux de faire migrer 25 personnes en même temps et par le fait miser sur une distribution qui ne se met pas à jour tous les six mois n’est peut être pas une mauvaise idée, on en revient toujours à Debian, et pourquoi pas HandyLinux pour une interface simple et basée sur Debian Xfce.
  • Il sera nécessaire de faire au mieux les sauvegardes en tenant compte du fait qu’il s’agit peut être d’utilisateurs de Internet Explorer, donc récupérer les signets, l’historique et le reste dans Firefox. Il faudra accompagner les individus dans le changement d’interface bien sûr mais aussi de logiciels et bien sûr affiner l’installation, les raccourcis, le paramétrage et tous les problèmes qu’on n’imagine même pas, je pense notamment à des périphériques qui ne seront absolument pas compatibles.

Le jeu en vaut-il la chandelle ? Oui, oui, et oui, indéniablement oui.

Les gens sous Windows XP sont dans une situation d’abandon,  nous jouons quant à nous en permanence la carte de l’informatique solidaire. Ne pas répondre à l’appel serait une erreur stratégique et humaine pour le logiciel libre, nous nous devons d’être présent et de montrer qu’une informatique alternative existe.

>>> Source sur : http://cyrille-borne.com/post/2014/04/08/de-windows-xp-a-linux

Publicités